» Mot de passe oublié ? » S'inscrire

Ctifl
» Accueil » Nos publications » Revues en ligne > Infos CTIFL

Infos Ctifl - Numéro 376 - novembre 2021

The fruit and vegetable sector - 20 years of change In production and international trade

The domestic production of fruits and vegetables amounts to 4.9 million tonnes for vegetables and 2.1 million tonnes for fruits which is lower than in 2000. The leading products are still apples, tomatoes, carrots, onions, cabbages and salads. These products are at the top of French exports inside and outside the EU. But the faster increase in intra- and extra-EU imports is accompanied by a steady increase in the structural deficit of the French trade balance. On the domestic market, the increase in imports, beyond citrus and exotic fruits, accompanies a downward trend in the self-supply rate (share of domestic supply), although since 2017 the latter seems to have stabilized at around 51%.

A L. LEVET - Matthieu SERRURIER (CTIFL) - Céline EL BOUKILI (CTIFL) - C. AUBERT - A. DESSEMOND, p. 6-12


Tomates hors sol sud-est - Variétés cerise ronde rouge : une offre variétale gustative

Dans le segment de la tomate cerise gustative, Cherrystar (Sakata) reste la référence mais son faible rendement et sa sensibilité à l’éclatement en font une variété délicate à produire. Daltary (Rijk Zwaan) par son rendement et ses qualités de fruit présente de nombreux atouts. DRTC 8560 (De Ruiter) présente, elle aussi, des qualités agronomiques d’intérêt avec notamment un fruit croquant et un bon équilibre sucre/ acide en bouche. À la dégustation, les attentes du consommateur sur ce segment sont respectées avec des fruits aromatiques et sucrés.

Raphaël TISIOT (CTIFL), p. 13-17


Des méthodes alternatives de lutte contre le mildiou de l’artichaut - Projet MetAlMilArt (2018-2020)

Pour le mildiou de l’artichaut, le modèle de prévision des risques MilArt indique, à partir de données météorologiques, si, en présence de spores dans l’environnement des plantes, la maladie va se développer. Cette détection directe est surtout utile en début de saison, avant l’apparition des premiers symptômes. Après les premières détections, les premiers symptômes apparaissent dans un délai de l’ordre de trois semaines, plus tôt si la variété est sensible. Réagir dès les premières traces de spores dans le cas de variétés particulièrement sensibles est nécessaire. Par ailleurs, des produits alternatifs ont été testés contre le mildiou. Ces substances ne sont pas, pour le moment, homologuées en cultures légumières même s’il y a des autorisations en arboriculture fruitière. À l’heure où la liste des produits disponibles pour la protection anti-mildiou de l’artichaut se réduit dangereusement, tous les moyens sont bons pour tirer parti au mieux du peu de spécialités disponibles.

J M. COLLET, p. 18-21


Face aux stress biotiques et abiotiques, miser sur le système racinaire des plantes maraîchères - Une voie à explorer pour la sélection variétale, résultats du projet Parasol

Le projet Parasol vise à mettre au point un système de phénotypage racinaire simple, fiable et reproductible. Outre la mise au point du matériel et de la méthode, l’objectif est de caractériser les systèmes racinaires des ressources génétiques de solanacées (Capsicum annuum : piments/poivrons) et de cucurbitacées (Cucumis melo : melon) mais aussi de sélectionner ultérieurement des plantes plus résilientes aux stress biotiques et abiotiques, autrement dit celles dont les génotypes ont des systèmes racinaires apportant une plus-value notable en termes de comportement (vigueur, tolérance, régénération).

Marie TORRES (CTIFL) - M. VANALDERWEIRELDT - C. FOURNIER, p. 22-25


Méthodes de protection alternatives en vergers - Maîtriser les pucerons des arbres fruitiers en limitant l’utilisation des insecticides

L’objectif du projet Casdar Simpa planifié entre 2021 et 2024 est d’identifier, évaluer, maîtriser et diffuser des leviers agroécologiques pour la gestion des pucerons des arbres fruitiers en tenant compte du contexte pédoclimatique et des systèmes de culture. Deux pucerons d’importance majeure sont pris comme modèle : le puceron cendré du pommier, Dysaphis plantaginea, et le puceron vert du pêcher, Myzus persicae. La réalisation du projet repose sur trois actions : l’identification et l’évaluation de l’efficacité de différents leviers agroécologiques (plantes de service, extraits végétaux, produits de biocontrôle) dans le but de comprendre les interactions entre le verger, le ravageur et les substances ou plantes de services testées ; la maîtrise des leviers identifiés et leur intégration dans les systèmes de production et le transfert vers la profession de ces stratégies innovantes de production.

B. ALISON, p. 26-31


EUFRIN pêche-abricot - Le CTIFL présent au niveau européen

Le groupe Eufrin Pêche-Abricot, un des groupes de travail du réseau européen Eufrin auquel le CTIFL participe, a été créé en 2014. Ce groupe a défini un protocole d’évaluation commun des variétés de pêches et d’abricots et depuis 2019 a mis en place un réseau impliquant 11 sites répartis dans cinq pays européens. Ce réseau a planté 17 variétés communes dont les données sont administrées par le CTIFL. Ce réseau d’évaluation est un outil capital pour travailler sur différentes thématiques telles que l’adaptation des variétés aux changements climatiques ou les relations entre la génétique, l’environnement et le mode de conduite. À terme, Les travaux conduits dans le cadre de ce groupe permettront d’avoir plus de poids au moment de dépôts de projets européens.

J. RUESCH, p. 32-35


Évaluation variétale fraise - Progrès qualitatifs sur le créneau précoce et performances standard sur le créneau ronde de saison

Chaque année, de nouvelles variétés de fraisiers sont inscrites au Catalogue Officiel français des espèces et variétés de plantes cultivées puis sont commercialisées. En 2021, six nouvelles variétés ont fait l’objet d’une première évaluation dans le cadre du stade A, en hors-sol chauffé et à froid. Elles s’ajoutent aux 15 variétés évaluées les années précédentes. L’objectif de ces travaux d’évaluation, réalisés au CTIFL, centre opérationnel de Balandran, est d’étudier le comportement en production hors sol de ces variétés en les comparant aux références : Gariguette (précoce, référence en qualité gustative), Clery (précoce, référence en productivité), Charlotte (remontante), Darselect (saison) et Matis (tardive). Les résultats des évaluations des variétés de fraisiers, jusqu’à présent valorisés dans la base de données Franet, vont faire l’objet d’un nouveau format de valorisation dans des fiches variétales harmonisées avec l’ensemble des autres espèces fruitières évaluées au CTIFL.

J. GARNODIER - J. ENOUF - M. CAPRON, p. 36-41


Variétés de cerise - Des nouveautés dans le calendrier variétal

De nouvelles variétés de cerisier sont portées aux catalogues commerciaux des éditeurs chaque année. Toutes possèdent des caractéristiques différentes qui leur sont propres. Aussi, il est essentiel de les caractériser et d’évaluer leur comportement agronomique dans différentes conditions pédoclimatiques. C’est l’objectif de l’évaluation variétale cerise coordonnée par le CTIFL. En 2021, cinq variétés ont montré un intérêt sur les créneaux précoce et de saison. Ces observations ont été restituées aux 73 participants lors de la présentation variétale du 6 juillet 2021 qui s’est déroulée au CTIFL, centre opérationnel de Balandran (co-organisation CTIFL/ La Tapy).

A. BOUBENNEC, p. 42-44


Apple tree pollination - Flower structure influences honeybee foraging behaviour and hive needs

Honeybee foraging behaviour, which can be top-working or side-working, is linked to flower morphology. Specific studies have led to the creation of an illustrated reference framework, that can aide the observer when characterizing varieties, and observing foraging behavior. An innovative camera system has been set up to monitor a set of corymbs and to have a more precise idea of the number of visits by pollinating insects. Foraging activity of honeybees differs from one variety of tree to another and distinct groups were identified. Flower morphology appears to be an element that should be taken into account when setting up the pollination strategy.

Vincent MATHIEU (CTIFL) - D. MARTINEZ - A. TEISSONNIER - A. AUMASSON, p. 45-51



Fermer la fenêtre loading
Fermer la fenêtre loading