» Mot de passe oublié ? » S'inscrire

Ctifl
» Accueil » Nos publications » Revues en ligne > Infos CTIFL

Infos Ctifl - Numéro 336 - novembre 2017

BRÈVES

Brèves

Jean François BLOCH BERTHIE (CTIFL), P. 8-9


PRÉSENTATION VARIÉTALE CERISE CTIFL/LA TAPY - POINT SUR LE MATÉRIEL VÉGÉTAL, LA CONDUITE ET LA PROTECTION

Plus de 90 personnes ont assisté à la demi-journée co-organisée par le Ctifl et La Tapy sur le centre Ctifl de Balandran. Les exposés ont porté sur le matériel végétal et la protection vis-à-vis de Drosophila suzukii.

Gérard CHARLOT (CTIFL) - S. PINCZON DU SEL, P. 6-7


LA CASSE DE FRUITS ET LÉGUMES DANS LES MAGASINS SPÉCIALISÉS BIO - ANATOMIE DES PERTES

Une majorité des 200 magasins spécialisés bio interrogés considère peu importante leur perte en magasin. Tous ou presque sont favorables à leur réduction, même si les marges de manœuvre semblent limitées pour le plus grand nombre. Dans la mesure du possible, ils privilégient le don ou sinon la mise au compost ; la poubelle en dernier recours. La plupart des magasins déclare comptabiliser leur casse au moyen d’une pesée référence par référence. La pratique du suivi de la casse (fréquence et unité) apparaît plus diversifiée. Parmi les magasins qui mesurent leur perte, plus de 15 % d’entre eux ne connaissent par leur taux de casse. En revanche, près d’1/3 des magasins ne comptabilise pas leur casse. Les manipulations des clients et la qualité des produits à l’arrivage représentent les deux premiers motifs de perte en magasin.

Xavier VERNIN (CTIFL), P. 10-15


LES CONDITIONS D’AMBIANCE EN MAGASIN - ÉTAT DES LIEUX ET INFLUENCE DE DIFFÉRENTS FACTEURS

La température et l’hygrométrie dans le rayon fruits et légumes sont très variables d’un magasin à l’autre. Elles sont soumises à des cycles correspondant à l’activité des magasins. Certains rayons proches de l’extérieur peuvent être assujettis aux conditions météorologiques. Malgré des conditions relativement stables sur le rayon, certaines zones peuvent connaître des conditions particulières influentes comme la mise en place d’équipement de réfrigération et/ou de nébulisation pour les légumes, la proximité de matériel calorique (rôtissoire) ou frigorifique ou encore la hauteur d’implantation des différentes espèces dans des meubles à étages. L’influence de la fermeture des portes des meubles réfrigérés n’a pas pu être démontrée.

Sophie ANNIBAL (CTIFL) - Valérie MERENDET (CTIFL), P. 16-23


CARACTÉRISER LA VÉGÉTATION PAR DES INDICATEURS SIMPLIFIÉS PRÉMICES VERS L’ADAPTATION DES DOSES EN ARBORICULTURE

L’adaptation des doses à l’état végétatif des cultures constitue un objectif clair de réduction des intrants identifié par la mission parlementaire et retranscrit dans le plan Ecophyto II. La construction d’une méthode d’adaptation de la dose à l’état végétatif des arbres en arboriculture nécessite plusieurs étapes dont la première, visant à caractériser la végétation à l’aide d’indicateurs simplifiés, selon les typologies, les espèces et le stade végétatif. Cet article décrit les travaux et premiers résultats obtenus dans le cadre du projet PulvArbo1, piloté par le Ctifl, en partenariat avec l’IRSTEA, les stations expérimentales d'Invenio, du CEHM, de La Morinière, de La Pugère, du Cefel, de la filière cidricole (IFPC, CRA Normandie, Agrial, APPCM) et mené en étroite collaboration avec la DGAL.

Florence VERPONT (CTIFL) - J. FAVAREILLE, P. 24-31


UTILISATION DE MARQUEURS MOLÉCULAIRES ASSOCIÉS À UN CARACTÈRE D’ INTÉRÊT L’AUTOINCOMPATIBILITÉ POLLINIQUE CHEZ LES PRUNUS

De nombreuses espèces chez les Rosacées utilisent un système d’incompatibilité génétique qui permet de favoriser ou même d’obliger la fécondation croisée au sein d’une même espèce. Beaucoup d’arbres fruitiers sont concernés par ce système : pommier, poirier, cerisier, prunier, abricotier, amandier. Dans ce cas, le système d’incompatibilité est gamétophytique et s’appuie sur la reconnaissance ou plutôt la non-reconnaissance, de deux facteurs impliqués au moment de la fécondation. Infos-Ctifl présente un focus sur l’utilisation de marqueurs moléculaires pour caractériser un trait phénotypique d’intérêt, l’autoincompatibilité pollinique.

J. CASTAING - Kévin BRESSON (CTIFL) - Yoann BRANS (CTIFL) - Nathalie GRASSEAU (CTIFL), P. 32-38



Fermer la fenêtre loading
Fermer la fenêtre loading