» Mot de passe oublié ? » S'inscrire

Ctifl
» Accueil » Nos publications » Revues en ligne > Infos CTIFL

Infos Ctifl - Numéro 335 - octobre 2017

JOURNÉE NATIONALE BIODIVERSITÉ ET AMÉNAGEMENTS AGROÉCOLOGIQUES EN ARBORICULTURE - FAVORISER L’INTÉGRATION DE LA BIODIVERSITÉ DANS LES EXPLOITATIONS

Cette manifestation, coorganisée par le Ctifl et l’IFPC (Institut français des productions cidricoles), a réuni près de 160 personnes dont des conseillers techniques, des expérimentateurs, des chercheurs, des producteurs et des distributeurs des filières fruits et légumes. La thématique générale portait sur la biodiversité et les services qu’elle rend dans les agrosystèmes, notamment la régulation naturelle des bioagresseurs en vue de la réduction des intrants phytosanitaires et sur les aménagements pour la favoriser. Riche en informations diverses, elle a été le lieu de contacts et d’échanges montrant ainsi des perspectives encourageantes pour les filières des fruits et légumes mais également en tissant les liens pour de nouvelles collaborations entre les différents acteurs.

Jean-Michel RICARD (CTIFL), P. 6-8


RENCONTRE TECHNIQUE SCLEROTINIA - UN PARASITE SOUS HAUTE SURVEILLANCE

La rencontre technique « Sclerotinia », organisée conjointement par le Ctifl et le Gis PicLég, a été l’occasion de faire le point sur la situation de ce redoutable pathogène à travers les derniers résultats obtenus par la recherche française pour une soixante de participants. Une part importante des communications est issue du projet collaboratif Sclérolég soutenu par le Casdar et labellisé PIClég, mis en oeuvre en 2014 et se finissant cette année.

François VILLENEUVE (CTIFL), P. 9-12


BRÈVES

Brèves

Jean François BLOCH BERTHIE (CTIFL), P. 13


L’OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES DU COMMERCE DE DÉTAIL SPÉCIALISÉ EN FRUITS ET LÉGUMES FRAIS - UNE BONNE ANNÉE 2015

L’Observatoire des entreprises de détail a été mis en place à la fin des années 90, dans le but d’apporter un complément d’information fiable aux différents intervenants de la filière. L’étude financière d’un échantillon de plus de 260 détaillants spécialisés en fruits et légumes, à partir de la base de données Diane (base de données financières reprenant les comptes sociaux issus du Greffe du Tribunal de Commerce) du Bureau Van Dijk, est complétée par une étude économique plus fine, qui distingue trois groupes d’opérateurs : les spécialistes traditionnels en magasin, les Grandes Surfaces de produits Frais, et les spécialistes non sédentaires. La présente édition s’intéresse à la période 2013-2015.

Pascale CAVARD VIBERT (CTIFL), P. 14-18


LA COMMERCIALISATION DES ENDIVES- EFFET DES FILMS PROTECTEURS CONTRE LE VERDISSEMENT

Lors de leur vente en magasin, les endives sont exposées à la lumière. Cet éclairage déclenche chez elles le processus de verdissement. Les essais conduits en 2016 sur endives en vrac et en préemballé ont permis de comparer les effets de plusieurs solutions de protection de type film papier et carton. Il ressort de l’étude que le classement concernant l’efficacité des films est quasiment le même pour les cinq essais. Le film complexe papier/OPP permet de limiter au mieux les pertes de poids des endives en vrac et se place 2e des meilleures protections contre le verdissement, derrière le carton open-close. Les endives préemballées mettent en moyenne deux jours de plus à atteindre un stade limite commercialisable, que les endives en vrac, dans les conditions particulières de nos essais.

Valérie MERENDET (CTIFL) - Sophie ANNIBAL (CTIFL) - Michel MARLE (CTIFL) - M. LEBAILLY, P. 19-25


LA BACTÉRIE XYLELLA FASTIDIOSA - ÉTAT DES LIEUX ET DES CONNAISSANCES

Récemment détectée en Italie, en France, en Allemagne et en Espagne, la bactérie Xylella fastidiosa s’attaque à de nombreuses espèces végétales, sauvages comme cultivées. Elle est transmise par des insectes piqueurs-suceurs encore mal connus en Europe. Sur vigne, cette bactérie est responsable de la maladie de Pierce qui sévit aux États-Unis depuis la fin du XIXe siècle, et a connu plusieurs épisodes épidémiques de grande intensité, notamment dans les années 90 en Californie. Ainsi, le coût économique directement lié à la perte de récolte des vignerons californiens était estimé à 56 millions de dollars pour la seule année 2012. Les enjeux environnementaux, économiques et sociétaux pour les professionnels des filières de cultures pérennes sont considérables.

Marie Lisa BRACHET (CTIFL) - Blandine POLTURAT (CTIFL) - F. BERNARD - F. POLIAKOFF, P. 26-29


LE RÉSEAU DEPHY EXPE EN CULTURES LÉGUMIÈRES - UN PREMIER BILAN À MI -PARCOURS

En 2012 et 2013, onze projets DEPHY EXPE légumes ont démarré pour une durée moyenne de 5 à 6 ans dans l’objectif d’élaborer des systèmes de cultures économes en produits phytosanitaires. Un bilan à mi-parcours a été réalisé dans le cadre du réseau DEPHY afin de mettre en avant les principaux acquis techniques transférables et d’identifier les points de blocages techniques et méthodologiques ou lacunes de connaissances encore existant pour la filière. Au-delà des résultats techniques obtenus, ce bilan montre que la filière légumes s’est appropriée la méthodologie système et a initié des systèmes de culture économes sans dégrader de manière rédhibitoire leurs performances techniques. Il reste à renforcer l’approche sur l’évaluation de leurs performances économiques et environnementales.

Cathy ECKERT (CTIFL) - M. ROUGIER - N. CHARTIER - A. HOUDIN, P. 30-39



Fermer la fenêtre loading
Fermer la fenêtre loading